Le VÉHICULE du FUTUR

dimanche 15 décembre 2013
par  Jacques

N°61- LE VÉHICULE DU FUTUR
Rapport de l’Académie des technologies.
EDP Sciences - 03/10/2013 - 83 pages - Lecteur concerné.

JPEG - 17.5 ko

RÉSUMÉ : Projection sur l’horizon 2050 sur l’industrie auto-mobile par la Commission Mobilité et Transport au sein de l’Académie des Technologies. Il s’agit prendre en compte faits et tendances qui vont conduire l’évolution dans un contexte délicat et de proposer quelques recommandations éco-responsables à tous niveaux.

MOTS CLÉ : technologies, paradigmes, mobilités, usages nouveaux.

LES AUTEURS : Académie des Technologies. Commission Mobilité et Transport-10/12. Les diverses contributions sont mentionnées (p82), ainsi que les auditions (P81).

Que faire de 4 roues et d’un moteur quand il s’agit de pointer l’horizon 2050 et dans un contexte où l’avenir est plus à permettre qu’à prévoir ! C’est le thème de ce rapport proposé par la Commission Mobilité & Transport de l’Académie des Technologies (09). Rapport très technique, voté en octobre 2012 et constitué de 4 volets encadrés par une introduction et une conclusion.

  • panorama de la production automobile mondiale et de son industrie.
  • Les nouvelles mobilités et les nouveaux usages.
  • L’approche « système » du véhicule du futur.
  • La dimension technologique du véhicule du futur.

1- Les nouveaux paradigmes du marché de l’automobile, le produit automobile (son histoire, ses données actuelles et les changements en cours), la dimension environnementale de la production (CO₂/directives européennes/accidents/congestion) et l’évolution du système automobile (stratégies/critères) ; autant de questions largement développés ce première volet. Trois types de véhicules vont concurrencer les actuels thermiques : les véhicules hybrides rechargeable (VHR) ou pas (VH), les véhicules électriques, à batterie électrochimique (VE) ou à piles à combustible (PAC). Quelle est la part du marché pour les VE ? Quelle confiance à accorder aux projections (commerciales, technologiques) devant les incertitudes sur la croissance ?

2- Les Mutations imposées par de fortes contraintes, conduisent à nouveaux véhicules pour de nouveaux usages et pourquoi pas de nouveaux usagers…Besoins de la population (demande, répartition de la richesse), impact de l’énergie, de l’information et des communication (TIC) touchant à la nature et à la régulation des déplacements (GPS) ainsi qu’à la transformation des structures urbaines. Les défis pour l’industrie concernent tant son agilité à anticiper les demandes que les services associés (autopartage, covoiturage), et les nouvelles habitudes à promouvoir (comportement, éducation). Aux politiques de s’adjuger un rôle organisateur et régulateur (taxes, subventions, réglementations, normes, infrastructures) et de s’interroger sur l’avenir des impulsions données.

3- Le concept de « système » s’applique aux composants du système global transport (véhicule, routier, industriel, mobilité) assurant l’identification des enjeux et formuler quelques recommandations de gouvernance (choix véhicule, infrastructures). Une vision globale de systèmes complexes (système routier) doit conduire à une stratégie compréhensible pour le citoyen même si les points de vue de l’ingénierie ou des politiques sont différents. Avec l’exemple de l’écosystème de mobilité électrique on pointe maîtrise des interactions (véhicule, mobilité, usage) et la capacité d’innovation dans le cadre des nouvelles technologie et des contraintes environnementales. Quelle place pour le système automobile français dans la compétition mondiale ? Quelles innovations à promouvoir ?

4- Les progrès technologiques bricolent soit sur les véhicules soit sur l’organisation de leurs mouvements. Parmi les verrous technologiques, la batterie associée au nanotechnologies, leur système de gestion (GMS), l’accès au vecteur énergie électricité (smartgrids), l’électronique de puissance, les piles à combustible (hydrogène) et les biocarburants (2° génération). Un mot sur la robotique collaborative et un retour sur les TIC pour donner des ailes à cette interpénétration électronique/logiciels embarqués pour le traitement des fonctions de contrôle et d’échange d’information.

Le véhicule du futur sera différent de l’actuel non parce qu’il sera électrique et léger, mais par l’usage intelligent qu’on décidera d’en faire. Il s’agit à tous niveaux d’intégrer la dimension multimodale de nos déplacements et d’exporter par nos auto-mobiles un véritable art de vivre et de se mouvoir. Voiture miroir en tout cas ? Et pour quelle image ?

Jacques CAZENOVE - 24/09/13