La SCIENCE, une AMBITION pour la FRANCE

jeudi 23 mai 2013
par  Jacques

N°68- LA SCIENCE, une AMBITION pour la FFRANCE.
A.Brahic - O.Jacob - 05/12 - 159 pages - Tout lecteur citoyen.

JPEG - 44.1 ko

RÉSUMÉ : Appel pour une culture scientifique destinée à tous les responsables, à renouer le dialogue entre science & société. Faire de la culture, de l’éducation et de la recherche, les priorités d’une culture collective destinée à s’approprier les savoirs actuels. Éduquons pour préparer l’à-venir, dans l’intérêt général !

MOTS CLÉ : culture, recherche, réformes, pistes.

L’AUTEUR : André BRAHIC est astrophysicien, professeur à l’Université Paris-Diderot et au CEA (énergies alternatives). Découvreurs de anneaux de Neptune il est membre des équipes scientifiques des missions Voyageur & Cassini.

L’enthousiasme d’André Brahic à replacer science, recherche et éducation au cœur de la société, ouvre sur un plus d’humanisme, où capacité à raisonner, esprit critique, doute, recherche d’unité, évitent comportements irrationnels et dérives contre productives tout en nourrissant réflexion et remise en cause. Pour aimer la science il faut la connaître. En regrettant ce manque d’élus au chœur de la recherche scientifique !

Dix chapitres structurent le dossier. Dans qu’est-ce que la science ? (1) on retiendra la quête d’universalité dont son histoire témoigne d’un couplage entre recherche et développement, avec des répercutions majeures en économie et sur notre quotidien. S’il s’agit de faire partager l’aventure scientifique & technique (2), c’est surtout pour garantir un environnement culturel essentiel à sa stabilité et le moyen de répondre à ses défis (climat, faim, énergies, finance). Diffuser & promouvoir les nouvelles scientifiques (3) en créant des sites bien conçus plutôt que ces communications débilisantes où le sensationnel n’aide en rien le citoyen aux décisions politiques à prendre. Une culture scientifique qui prend ses ailes dès l’école maternelle (4) où le rôle des enseignants bien formés est essentiel à susciter ce plaisir d’apprendre, évitant ces nombreux gâchis évoqués par l’auteur à tous niveaux.

Une science au service de la société (5), source de progrès social et humain, toute perchée sur la raison et l’imaginaire et refusant d’être la cible de ces pensées magiques destinées aux esprits faibles. Scientifiques & politiques unissez-vous ! (6) Faites rentrer la science dans le domaine de la culture, de l’utilité sociale et du bien commun, au même titre que la littérature ou la musique ! Les chercheurs sont trop rares dans les sphères du pouvoir et de la société civile. L’hypertrophie des dossiers, la multiplication des structures, leur conservatisme, la bureaucratie galopante et incapable d’évaluations rigoureuses, imposent de revenir sur cette CLEF harmonique de la devise républicaine Courage, Liberté, Égalité, Fraternité et qui ouvre aussi sur les 4 arcs des anneaux neptuniens découverts par l’auteur (1989).

Une science associée à la croissance (7), à l’image de ce roi du Danemark (XVI°) qui consacra 5% de son budget à la construction d’un observatoire (Uraniborg). Il croquait sur un ciel où observations et mesures devenaient moteurs à comprendre et à partager. Science & technique comme outils de développement avec ce couplage entre recherche fondamentale et recherche appliquée (privé/public), ouvrant sur innovation, développement et croissance dans le bon sens du terme. Renouer avec la vocation scientifique de l’Europe (8), patrie des sciences, mais où il s’impose de tirer quelques leçons de nos voisins, avec plus de souplesse, moins de fragmentation. Quatre axes sont proposés : création de centres de qualité, de nombreuses universités, de centres de diffusion du savoir et d’aide à la valorisation des recherches et une véritable politique de la culture scientifique. Éviter le principe de Parkinson (Alzheimer ?) où tout organisme crée finit par oublier la raison de sa création...Mieux organiser la recherche (9) en faisant confiance à priori, tout en punissant sévèrement les écarts. Préférer les jugements (ou articles) qualitatifs aux quantitatifs, multiplier les passerelles d’entrée et de sortie, prospecter tous azimut pour bousculer ces habitudes où curiosité, soif de connaissance et passion finissent par s’épuiser. L’enseignant-chercheur, un idéal à rénover d’avoir beaucoup appris en enseignant ! Mais quelles réformes quand on subit les articulations boiteuses telles enseignement/recherche, innovation/bureaucratie, recrutement/méfiance ?

Bilan de ce dossier (10) où les idées pétillent comme des bulles, l’auteur de proposer une vingtaine de pistes à explorer dont nous confions l’analyse dans le détail au lecteur et qui témoignent de l’expérience et des responsabilités d’André Brahic sur la recherche à l’échelle planétaire. Il y va de la création de comités, de conseils (aïe), de réformes et de formation, de recrutement et de salaire, de mobilité et d’initiatives, de paris et de passerelles, enfin et surtout de diffusion de la culture scientifique (et technique) et de laïcité véritable pour ce bien commun cher à Goéry Delacôte.

Passionnant état des lieux où quelques répétitions pèsent parfois sur l’équipage, mais qui se doit de stimuler la discussion et d’alerter les concitoyens et les politiques qu’ils ont élus. Il s’agit d’entretenir cette curiosité enfantine, dans une éducation permanente accessible à tous, et de l’ouvrir sur la complexité, la diversité de notre univers. Et là, la science devient incontournable pour l’Homo solidairus …que nous devrions être Pour notre bien-être collectif !

Jacques CAZENOVE - 04/10/12

JPEG - 79.1 ko



Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
Aucun évènement à venir les 12 prochains mois