SCIENCE à CROQUER

Les découvertes scientifiques pour toute la famille
jeudi 25 avril 2013

N°22 - SCIENCE à CROQUER. Les découvertes scientifiques pour toute la famille.
Robert Dinwiddie - Le Pommier - 09/11 - 176 pages couleurs - Tout lecteur.

JPEG - 55.6 ko

RÉSUMÉ : Survol initiatique sur les fondamentaux de nos connaissances actuelles dans le jardin des théories scientifiques où l’humain se glisse entre les 2 infinis, avec l’évident souci du partage à débattre. Plus de 400 illustrations couleurs, encarts et schémas conduisent à un dossier clair et ludique, à lire en famille.

MOTS CLÉ : infinis, origines, énergie, environnement, génétique.

L’AUTEUR : Robert DINWIDDIE est diplômé en sciences naturelles (Université de Cambridge) et en océanographie (Université de Southampton).Auteur et directeur de publication médiatiques.

Étonnant dossier où l’accent est mis sur la clarté, afin de rendre plus limpides les 9 sujets scientifiques présentés et qui font toujours polémique. En toute objectivité, les divers points de vue sont présentés afin que le lecteur responsable de son puits et curieux de son eau, soit à même d’apprécier le bruit de la poulie. Le choix des sujets, en marge des fondamentaux, tient compte de leur aspect médiatique (réchauffement climatique, OGM, cellules souches) ou de leur poids dans les théories actuelles (matière et énergie sombre, évolution, clonage).

La nature de la matière (chap.1) au cœur de l’analyse quantique de l’infiniment petit, loin des intuitions et du bon sens, conduit à un bilan où l’essentiel (97%) reste actuellement hors de portée malgré, les effets indirects observés. Pas facile à définir l’énergie (chap.2) si ce n’est de constater sa conservation et son équivalence avec la masse ! Les limites du discours diffuseur des sciences apparaissent quand il s’agit de mettre en lumière la force ou volume du rayonnement électromagnétique.

L’univers observable (chap.3) fixe les échelles et fait de l’humain une poussière d’étoile entre les 2 extrêmes où la précision du diamètre de notre étoile (1.392.082km) porte à sourire. J’avoue avoir mal saisi la métaphore aquatique destinée à nous éclairer sur la notion d’orbite ? La courbure de l’espace-temps (évoquée au chap.9) aurait été probablement plus efficace et plus conforme. La diversité des exoplanètes observées aurait avantageusement remplacé l’allusion aux OVNI dans la partie consacrée à la vie extraterrestre. Question d’origine (chap.4), sont présentées de façon très pédagogique, celle des éléments, du système solaire, de la Terre, de la vie sur Terre et de son arbre de vie, conséquence de l’évolution darwinienne. L’auteur nous propose un calendrier, une horloge cosmique édifiante, privant le lecteur passionné par l’ouvrage, mais demeuré critique, de causer origine du temps !

La seconde partie de l’ouvrage concerne plus particulièrement Terre et terriens géonautes. Tectonique, courants océanique et atmosphérique (chap.5) décrivent les liens conduisant à la fragilité de l’écosystème, à l’interdépendance de nombreux paramètres. Notre environnement (chap.6), où pollution et bioaccumulation, réchauffement climatique et effet de serre, imposent d’insister sur notre comportement consumériste, où les énergies renouvelables et les recyclages des déchets sont évoqués. L’influence sur la santé (chap.7) permet de traiter de problèmes nutritionnels, de pandémies et d’expérimentation sur les animaux, sans que soient évoqués ceux relatifs à notre comportement sur les méthodes amorales d’élevage et d’abattage. Avec la génétique (chap.8) on touche à l’hérédité, aux empreintes génétiques, au clonage, à la thérapie génétique et aux OGM, qui font débat sur l’éthique de nos sociétés désenchantées.

Délicat aussi d’esquisser en quelques mots les 2 grands piliers de physique actuelle (chap.9) : la relativité d’Einstein et la quantique. Les nouveaux concepts dévoilés ne sont toujours pas très bien assimilés (paradoxes), ni proposés à la curiosité de nos jeunes lycéens. Leur incompatibilité, qui porte essentiellement sur le temps, devrait induire une nouvelle théorie que nous avons du mal à penser être une théorie du Tout. Comprise comme un point final à notre quête sur le réel, ne nous fera-t-elle pas oublier que la valeur d’un accomplissement, réside davantage dans la quête que dans le résultat ? Et finalement que tout voyage conduit au voyageur ?

L’aspect critique que nous avons manifesté sur cet intéressant dossier, permet de revenir sur le délicat problème de la transmission des connaissances. Elle exige à la fois rigueur du discours, évitant les métaphores déformantes, et accessibilité à ces curieux qui savent les pièges de l’ignorance. Il s’agit pour chacun, de créer la pente qui fait devenir leurs lignes d’univers, dans ces espace-temps, où ce n’est pas toujours l’énergie-matière (grise) qui en impose la courbure. Se sentir jardinier qui marche à pas lents vers ses arbres.

Une belle initiative qui mérite d’être exploitée par les collègues. Quant à tout savoir sur…

Jacques CAZENOVE - 28/03/12



Agenda

<<

2021

 

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930