Einstein - Le père des temps modernes

samedi 28 avril 2012
par  Jacques

N°59- EINSTEIN - LE PÈRE DES TEMPS MODERNES
S.Bergia. Belin - Les génies de la Science - 2004 -160 pages - Tout lecteur.

JPEG - 23.3 ko

RÉSUMÉ : Année 1905 oblige avec un ouvrage qui couvre à la fois l’aspect biographique et scientifique du grand homme au cœur de ce XX° siècle dont il bouleversa certains des concepts fondamentaux. (Déjà édité en mai 2002-les génies de la science).

MOTS CLÉ : Lumière, atomes, espace-temps, cosmologie.

L’AUTEUR : Silvio Bergia est professeur de physique à l’université de Bologne.

Il existe environ 400 ouvrages sur Einstein : mais puisqu’on prend toujours plaisir à se replonger dans son œuvre il serait mal venu de critiquer les nouvelles publications qui vont se succéder au cours de cette année 1905 où l’on célèbre à la fois le centenaire de la publication des 5 articles dans les « annalen der physik » sur les quantas de lumière (mars 1905), la taille des atomes, le mouvement brownien et enfin sur la relativité restreinte (juin -sept 1905), et du cinquantenaire de sa mort le 18 avril 1955.

Les 160 pages de l’ouvrage et l’importante place accordée aux photographies donnent la tonalité dans laquelle se place l’auteur : « esquisser une image fidèle d’Einstein et des répercussions de son œuvre » en refusant le côté mythique trop souvent exploité. Beaucoup de sincérité sur certains points gênants de sa vie publique et privée, même si d’autres, par la force des choses, restent encore dans l’ombre. Coté amour de jeunesse à Aarau, aucune allusion à Marie Winteller. Côté musique, nous dirons que toutes les allusions au violoniste amateur qu’il était méritaient mieux au point de vue illustration que celle prise à la synagogue de Berlin…. Les encadrés qui accompagnent le texte apportent un éclaircissement très intéressant sur, par exemple la transformation de Lorentz comprise comme une rotation du continuum quadridimensionnel laissant inchangée la distance d’espace-temps, ou sur le paradoxe des jumeaux qui met bien en lumière la dissymétrie des 2 situations dans un diagramme de Minkowski ou encore les représentations difficiles à concevoir de l’hypercube. Les tests expérimentaux anciens et modernes sont évoqués sans toutefois entrer dans la polémique relative par exemple de la présentation par Eddington (6 nov.) des résultats obtenus sur l’éclipse du 29 mai 1919 et qui offrirent à Einstein et à sa théorie une place d’honneur dans la communauté scientifique, bien que non reconnue, sur ce terrain, par le comité Nobel de 1921.

L’auteur évoque les difficultés d’Einstein à se faire connaître par la communauté scientifique de son époque sans occulter le côté assez prétentieux et provocateur du jeune homme « qui ne brille pas par une modestie aussi éclatante que ses futurs collègues universitaires ». La genèse de sa superbe théorie de la gravitation où la matière courbe l’espace qui lui dicte en retour le chemin à suivre est clairement analysée même si on peut regretter que certains aspects mathématiques ne soient pas du tout évoqués, même succinctement de façon à en extraire leur substantifique moelle. Son combat, tant sur le terrain quantique que sur la recherche du champ unitaire dans le cadre d’une vision causale du monde, nous fait mieux connaître cet homme fidèle à ses intuitions, entêté dirons certains au point de refuser cet univers en expansion qui émergeait des ses équations du champ, même si sa constante cosmologique est encore au cœur des débats autour de l’énergie du vide. Nous lui devons d’avoir ouvert cette piste aux étoiles, d’en avoir donné les premières partitions pour en tirer à ce jours les ficelles, je veux dire les cordes, qui demain, peut-être seront en mesure de réaliser son grand rêve d’unité dans la compréhension de l’incompréhensible.

Chacun trouvera dans cet ouvrage, d’une collection riche de nombreuses autres biographies, un format et une mise en page peut-être plus pratiques que ceux de la collection trimestrielle « Génies de la Science » déjà publiée en mai 2002 sur Einstein. Pour approfondir les travaux et certains concepts il faudra se plonger dans les ouvrages superbes de Françoise Balibar, Jean Eisenstadt, Marc Lachièze-Rey ou Jean Paul Auffrey comme il est d’ailleurs recommandé dans la bibliographie de l’auteur.

Quand on sait le valeur des mots et la précision avec laquelle il en faisait usage, on aurait tout aussi bien pu se contenter de cette analyse sur lui-même :

« Pour un homme dans mon genre, il se produit un tournant décisif dans son évolution lorsqu’il cesse graduellement de s’intéresser exclusivement à ce qui n’est que personnel et momentané pour consacrer tous ses efforts à l’appréhension intellectuelle des choses. Ce qui est essentiel dans l’existence d’un homme comme moi, c’est ce qu’il pense et comment il le pense, et non ce qu’il fait et éprouve ».

Jacques Cazenove



Agenda

<<

2018

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930